Rechercher
  • interimhairetbeaute

Les jeunes, le premier emploi et l'intérim

Quelles sont les attentes de ces jeunes pour leur premier emploi ?

Après quelques recherches, faisons le point sur l'évolution importante de l'intérim depuis ces dernières années.


Nous nous sommes penché sur une récente étude réalisée par OpinionWay et le Prism’ Emploi révèle les attentes des jeunes à la recherche d’un emploi ou déjà en poste.



Quels types de contrat privilégient les jeunes générations ?


En un an seulement, « les demandes de CDI sont passées de 34% à seulement 21% ». Quant aux CDD, ils ont chuté de 33% à 29%. Cette baisse significative des contrats perçus comme « sécuritaires » est en partie liée aux types de postes proposés par les recruteurs. En 2018, les CDI représentés 58% des offres contre 52% en 2018 et le CDD n'est pas mieux avec 29% des offres d'emploi en 2017 contre 13% un an plus tard.

Face à ce manque d’intérêt pour les CDI et CDD, le travail temporaire semble continuer à séduire davantage les jeunes diplômé(e)s.

En effet, les contrats d'intérim sont privilégiés par 31% des répondants, soit une très légère baisse de 1% par rapport à 2018.

Enfin, parmi les contrats de travail abordés dans l’étude, les emplois saisonniers connaissent la plus importante hausse en passant de 1% à 19% en un an seulement.

Pour des jeunes diplômé(e)s, le contrat saisonnier est une alternative idéale permettant d'entrer sur le marché de l’emploi sans s’engager sur le long terme auprès d’une entreprise.


Les jeunes voient l’intérim comme une opportunité pour construire un projet professionnel


Les agences d’intérim reçoivent de nombreuses commandes de la part des entreprises utilisatrices, et les missions d’intérim sont nombreuses sur le marché.

En 2018, elles représentent 33% des postes à pourvoir contre 10% en 2017.

Pour 73% des répondants, le travail temporaire permet de se construire un parcours professionnel (+4% par rapport à 2017). Face à cette question, les femmes sont davantage convaincues à 77% contre 70% des hommes.

Enfin, et c’est une très bonne nouvelle pour les agences intérimaires, plus d’un jeune sur deux (soit 56%) affirme avoir déjà entendu parlé du CDI-intérimaire, un contrat de travail inscrit dans la loi « Avenir professionnel » adoptée le 25 juillet 2018.

Lorsque l’on pose la question à des personnes ayant déjà effectué des missions intérimaire, elles sont 68% à connaître le CDI-Intérimaire. Ce contrat de travail a déjà séduit plus de 37 000 personnes depuis son lancement en 2014 et ce n'est pas fini !


Les diplômé(e)s d’un bac +5 n’ont plus autant de succès qu'avant auprès des recruteurs


En 2017, 35% des recruteurs proposaient des postes pour les personnes diplômées d’un bac +5. Cette même année, seulement 11% des candidat(e)s pouvaient y postuler.

En 2018, l’étude réalisée révèle que 17% des offres d’emploi postées par les recruteurs s’adressent aux personnes possédant un bac +5. Si le critère du diplôme reste important dans le processus de recrutement, les postes à pourvoir sont quatre fois plus nombreux pour les diplômé(e)s d’un baccalauréat (5% en 2017 contre 20% en 2018).

Les chiffres 2019, quant-à-eux sont en cours.


Ces jeunes actifs ou les personnes à la recherche d’un emploi ?

Parmi les 1 011 jeunes interrogés, 59% souhaitent créer leur propre entreprise, en reprendre une ou se mettre à leur compte. Cela représente une augmentation de 6% par rapport à 2017. En effet, la création d'une micro-entreprise est rendue de plus en plus facile pour inciter les jeunes diplômé(e)s à entreprendre. Les démarches administratives sont peu nombreuses et des organismes officiels permettent d'accompagner les indépendants tout au long de leur projet.

Les jeunes diplômé(e)s sont 46% à penser qu’ils seront salariés toute leur vie et 55% souhaiteraient rester dans la même entreprise tout au long de leur carrière. Enfin, 53% imaginent qu’ils exerceront le même métier durant toute leur vie professionnelle.

Enfin, toutes les personnes ayant répondu à l’enquête ne sont pas optimistes pour leur avenir professionnel.

En effet, « 54% des jeunes sans emploi considèrent qu’il sera difficile de trouver un emploi dans leur secteur et 47% des jeunes en emploi estiment qu’il sera compliqué de retrouver un emploi équivalent à celui qu’ils occupent actuellement. »


Quels sont les critères de recherche d’emploi des jeunes actifs ?


Lorsque l’on recherche son premier job, il est primordial de faire le point sur ses critères de recherche d’emploi. D’après l'étude menée par ces organismes, la rémunération arrive en pole position (64%). Pour les personnes déjà en poste, l’ambiance au travail est plus importante que la rémunération (43% contre 35%).

Si les critères varient en fonction du statut de salarié(e) ou de demandeur d’emploi, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est important. pour 22% des personne interrogées qui prennent en compte la possibilité d’avoir du temps libre lorsqu’ils recherchent un emploi. Enfin, pour 88% des sondés, la réussite de leur carrière est essentielle mais ils sont 49% à déclarer que leur épanouissement personnel l’est davantage. 


La protection sociale est la grande inconnue des jeunes diplômés


Cette étude a permis de révéler un manque d’intérêt et de connaissance concernant la protection sociale liée aux contrats de travail, quel qu’il soit. La mutuelle, la retraite ou encore le chômage est loin d’être un critère de choix. Et pour cause, « 2 jeunes sur 3 ignorent la façon dont est financée la protection sociale en France ». En revanche, 63% des sondés ont conscience que tous les types de contrat de travail n’assurent pas le même niveau de protection.


Mais où se placent les secteurs de la coiffure et de l'esthétique ?


Le milieu de l'esthétique et de la coiffure, sont des secteurs relativement variable en tout point. La profession compte 184 065 actifs : on dénombre 114 456 salariés, 17 610 apprentis dont 3 047 contrats de professionnalisation pour le domaine de la coiffure. Quant au domaine de l'esthétique, les chiffre quant-à eux atteignent 45 841 entreprises dont 19 000 auto-entrepreneurs 24 551 salariés 1 761,9 milliards d’euros, 31 819 entreprises n’emploient pas de salariés mais des apprenties. 8 760 entreprises emploient au moins un salarié.

Les salariés sont toujours diplômés CAP+BP et /ou BAC Pro BTS ou BM pour l’encadrement.

L'on se rend compte que les métiers de l'esthétique et de la coiffure sont des

secteurs qui sentent bon la croissance et les créations d’emplois.


Quels sont les métiers accessibles aux jeunes en intérim ?


Parmi la multitude de professions qui recrutent du personnel tout au long de l’année, les techniciens sont en première position des missions intérim proposées en 2018, ils représentent 14% des offres d’emploi disponibles. L’année précédent, les manutentionnaires occupaient cette place.

A l’inverse, certains métiers sont très peu représentés par le travail temporaire. C’est le cas des commerciaux (7%), des caristes (6%), des manutentionnaires (5%), des magasiniers (3%) ou encore des assistants administratifs (2%) H/F.

Vous recherchez un emploi près de chez vous ? Plus de 2 000 offres sont à pourvoir auprès de vos agences intérimaires.


Quant aux professionnels du domaine de l'esthétique et de la coiffure, n'hésitez plus, Intérim'Hair et Beauté est là pour vous, nous avons de nouvelles demandes chaque jours.



Source : Groupelip, Les nouvelles esthétiques

11 vues
  • Facebook
  • Instagram

©2019, INTERIM' HAIR ET BEAUTE